Présentation

Recherche

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 09:07

Les résultats de cette élection européenne sont porteurs de paradoxes, plus apparents que réels.

 

Premier paradoxe : elle semble peu intéresser les Européens eux-mêmes, puisque le taux d’abstention est très élevé : sur notre agglomération, seulement 44% des électeurs se sont déplacés. Et pourtant, les formations politiques qui progressent au cours de cette élection sont celles qui portent clairement une dynamique et un projet européens.

 

Deuxième paradoxe : globalement, dans les différents pays européens, c’est la droite qui progresse, c’est-à-dire les idées libérales qui sont pourtant, pour une large part, responsables de la crise actuelle et de son ampleur : comme s’il s’agissait de soigner le mal par le mal.

 

Je dis paradoxe apparent car les leçons de ce scrutin me semblent claires : une formation politique qui n’est pas unie, qui, au contraire, cultive les divisions et qui n’a pas arrêté, sur le fond, son projet, notamment son projet européen, parce qu’elle n’a pas le courage de trancher les débats, cette formation est condamnée à se priver d’électeurs et à échouer. Tous ceux qui ont progressé dans cette élection sont ceux qui ont porté l’unité dans leur camp, qui ont défendu un projet clair et qui ne se sont pas contentés d’une critique stérile de l’adversaire.

 

Ce sont des leçons qui doivent guider les choix du Parti Socialiste Français dans les semaines et mois qui viennent. Sinon, la sanction n’en sera que beaucoup plus grave.

 

J’observe que, et c’est très heureux, la question du développement durable, de l’environnement et du devenir de notre planète est désormais au cœur de la vie politique française. Mais j’observe aussi que ce qui a fait le succès d’Europe Ecologie, c’est sa capacité à unir des courants et des mouvements différents, et à se rassembler autour d’un projet cohérent et dynamique pour l’Europe.

 

Dans l’agglomération, je me réjouis que la liste menée par Catherine Trautmann fasse un score bien meilleure qu’au plan national avec 22 %, ce qui représente près de 6 points de plus.

 

Je me réjouis aussi que le total des forces de la gauche démocratique atteigne 41 %. Mais les enjeux de ce scrutin n’étaient pas des enjeux locaux, même si les leçons dont je viens de parler doivent résonner à tous les niveaux : européen, national, régional, départemental et local.

 

Le prochain scrutin aura, lui, une dimension locale extrêmement importante : ce sera le 4 octobre prochain. Ce jour là, il s’agira, pour l’ensemble des électeurs d’Autun et de Saint-Pantaléon, de dire si, oui ou non, ils souhaitent une commune rassemblée Autun – Saint-Pantaléon pour notre agglomération.

 

Décidément, plus que jamais, en ce 7 juin 2009 et pour l’avenir, encore davantage face à la crise actuelle, la leçon principale est que partout « l’union fait la force ».

Partager cet article

Repost 0
Published by REBEYROTTE - dans vie de la cité
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens