Présentation

Recherche

29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:44

Voeu adopté lors du Conseil Municipal du 28 septembre 2011 en soutien au mouvement mutualiste pour éviter le démantèlement de la solidarité nationale.

 

La nouvelle taxation des mutuelles annoncée par le gouvernement le 24 août 2011 est une décision politique et idéologique. L’inclure dans le plan de rigueur est un leurre. Année après année, le gouvernement démantèle la solidarité nationale, rend plus difficile l’accès aux soins des Français et favorise la médecine à deux vitesses. La fracture est profonde. Il faut, pour 2012, retrouver le chemin du progrès social.

 

Le gouvernement renonce à l’objectif de protéger la santé de tous les Français. Une protection universelle nécessite une Assurance-maladie obligatoire, forte et solidaire. Or, chaque année, les Français subissent de nouveaux déremboursements. Pour la médecine de ville (hors ALD), l’Assurance-maladie ne rembourse plus qu’un euro sur deux en moyenne. Par son désengagement, le gouvernement rend impératif pour les Français de souscrire à une complémentaire santé.

 

Mais en parallèle, il reporte régulièrement de nouvelles charges sur les mutuelles, qui ont pour effet d’accroître le coût des cotisations. En 2009, il décide de leur faire porter intégralement le coût de la CMU (à travers une taxe de 5,9%). En 2010, il taxe les contrats responsables à hauteur de 3,5%. En 2011, cette taxe est doublée, à 7%.

 

Taxer une mutuelle, à but non-lucratif, ce n’est pas taxer une entreprise, c’est taxer les ménages. Dorénavant, lorsqu’un mutualiste cotise 100 € pour sa santé, 88,28 € sont destinés à sa santé et 11,72 € au paiement des taxes.

 

Cette nouvelle décision, immédiate et sans appel, est donc socialement injuste.

Elle doit être comparée au traitement plus favorable réservé aux très hauts revenus (seulement soumis à une « contribution exceptionnelle » temporaire dont le montant total attendu est 6 fois plus faible) et à certains intérêts particuliers (le coup de rabot sur les niches fiscales attendra après la présidentielle de 2012).

 

Les conséquences de cette politique sur l’accès aux soins des Français et la santé publique sont connues : 15% de la population a déjà reporté ou renoncé à des soins faute d’argent. Les mesures gouvernementales vont encore accélérer le développement d’une médecine à deux vitesses.

 

Pourtant, les économistes confirment combien la santé publique est un investissement d’avenir, facteur de progrès social et économique. Le gouvernement doit l’entendre : les conséquences de cette politique sont bien plus lourdes que les économies budgétaires générées.

 

Au côté du mouvement mutualiste, il est proposé au Conseil municipal :

 

DE DEMANDER au Gouvernement de revenir sur la mesure de taxation au moment où le Parlement va examiner les comptes sociaux.

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans Santé
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 12:57

Hier, Rémy REBEYROTTE intervenait à un colloque national sur la santé, porté par la Caisse des Dépôts et Consignations et Mairies-Conseil. Le travail de l’Association du Grand Autunois, du Pays et de la Communauté de Communes de l’Autunois, a été mis en valeur sur le renforcement du pôle Hôpital – Clinique, les Assises de la Santé, la reconnaissance d’un territoire de santé de proximité de l’Autunois-Morvan et la préparation du futur Contrat Local de Santé.

 

 

AUTUN, le 10 juin 2011

 

 

Bernard MAGNAUDET

Cabinet du Maire

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans Santé
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 19:02

Extraits d’un courrier que je viens d’envoyer à un administré sur la question de la présence médicale

 

 

« Soutenant Ghyslaine Colombo et Michaël Guijo pour les prochaines élections cantonales, je vous réponds volontiers sur le risque de pénurie de médecins qui, hélas, n’est pas propre à l’Autunois-Morvan.

 

J’ai animé sur ce sujet une réunion importante au dernier Congrès des Maires, qui a attiré plus de sept cents collègues.

 

Il faut savoir qu’il n’y a jamais eu autant de médecins généralistes en France mais, qu’en matière d’implantation, ils s’installent tous en région parisienne ou au sud du pays. Tous les autres territoires sont aujourd’hui en difficulté sur cette question.

 

Sur Autun, il y a quatorze médecins généralistes. Aux dernières Assises de la Santé que nous avons tenues avec l’ensemble des acteurs de la santé du territoire de l’Autunois-Morvan, seuls trois se sont déplacés, alors que tous les autres professionnels étaient massivement représentés.

 

Jusqu’ici, globalement, les médecins se sont renouvelés sur Autun même, puisque nous avons trois jeunes nouveaux médecins, même s’il y a parfois une période de vacance entre le départ de l’ancien et l’installation du nouveau.

 

Mais, je veux surtout dire que, le problème étant national, les Elus attendaient beaucoup de la loi dite Bachelot « Hôpital, patient, santé et territoire » et qu’il était prévu à cette occasion de créer un schéma et une autorisation pour l’installation des médecins généralistes. Le Gouvernement a reculé sous la pression des médecins et des étudiants en médecine. C’est dommage.

 

De la même manière, il y a une grande différence entre les médecins qui jouent leur rôle de formateur de jeunes collègues, les accueillent en stage, leur facilitent une nouvelle implantation, et les médecins qui ne s’occupent que six mois avant leur départ en retraite d’un éventuel remplaçant.

 

Enfin, pour faciliter la reprise, nous avons comme projet de créer sur Saint-Pantaléon une maison médicale, permettant de mettre en commun, pour de futures installations, les moyens de secrétariat et de cabinet. C’est une demande très forte aujourd’hui des jeunes médecins généralistes qui cherchent à s’installer. La fonction évolue et cherche de nouvelles conditions de pratique. Le projet est en cours de réalisation (…) »

 

PRECISION

 

Suite à l’article intitulé « GENERALISTES. Face à un renouvellement difficile de ses médecins libéraux, l’Autunois-Morvan se doit d’attirer les nouveaux diplômés. SOS jeunes médecins» paru dans l’ édition du Journal de Saône et Loire de ce jour, je tiens à apporter la précision suivante :

 

Ma réaction visait à surtout regretter que, dans la dernière loi, dite « Loi Bachelot – Hôpital, patient, santé et territoire », le principe d’une autorisation ou d’un schéma pour l’installation de médecins généralistes type « 1 médecin pour 2000 habitants » ait été écarté par le Gouvernement qui a reculé sur cette affaire qui, pourtant, revêt une importance nationale.

 

Rappelons qu’une telle autorisation existe pour les pharmacies, ce qui nous permet de conserver facilement une très bonne couverture en pharmacie sur notre territoire.

 

Enfin, la Ville d’Autun réfléchit aujourd’hui à la création d’une maison médicale d’agglomération qui se situera sur Saint-Pantaléon.

 

 

 

AUTUN, le 28 février 2011

 

Rémy REBEYROTTE

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans Santé
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 22:48

 ASSISES SANTE 28.01.11

 

Près de 250 élus et professionnels de LA santé ont débattu vendredi dernier sur deux thèmes : quels besoins pour l’Autunois-Morvan et quels moyens et coopérations construire dans le cadre du futur projet régional de santé et le futur contrat local de santé.

 

Tous les acteurs, venant de la Saône-et-Loire, de la Nièvre et de la Côte d’Or, souhaitent l’émergence d’un territoire de santé de proximité interdépartemental pour l’Autunois-Morvan, comme l’a proposé la Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie, un contrat local spécifique à l’Autunois-Morvan.

 

Ce fut aussi l’occasion de présenter le pôle sanitaire hôpital-clinique dans toute sa diversité et de montrer l’exemple d’une coopération réussie. Ce fut aussi un temps important de mise en commun d’informations, de réflexions, pour améliorer le lien « médecine de ville – établissements de santé – soins à domicile », pour renforcer la prévention et le travail en commun.

 

Les Assises ne sont qu’un début… Le véritable travail commence… Mais le territoire et ses acteurs sont mobilisés, en mouvement pour prendre à bras le corps, avec l’Agence Régionale de Santé, les futurs enjeux de la santé sur l’Autunois-Morvan.

 

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans Santé
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 18:44

GARDE DE PHARMACIES LE WEEK-END : REVOIR TRES VITE L’ORGANISATION.

 

 

Contrairement aux dires de quelques pharmaciens, la question de l’organisation territoriale des gardes de pharmacies le week-end sur l’Autunois-Morvan n’est pas une querelle entre urbain et rural.

 

Car les premières victimes de la situation sont les ruraux. Lorsqu’un habitant d’Anost a besoin de la pharmacie de garde un week-end où celle-ci est à Epinac, ou vice-versa, ce sont 90 km aller-retour qu’il devra faire.

 

Les habitants d’Autun sont statistiquement les moins désavantagés, mais toute la population y perd en service, en proximité, et en sécurité. De plus, les quelques économies réalisées se sont en fait reportées vers le secteur hospitalier : le service des Urgences de l’Hôpital connaît une surcharge d’activité inhabituelle et pénalisante.

 

Lorsqu’une réforme est un échec sur toute la ligne, il est conseillé de revoir rapidement la copie.

 

Rappelons que les pharmaciens, dont les grandes qualités professionnelles ne sont pas mises en cause, doivent être au service de la population et non pas de leurs propres intérêts, quels qu’ils soient.

 

 

 

AUTUN, le 24 janvier 2011

 

 

Rémy REBEYROTTE

Maire d'Autun

Président de la Communauté de Communes

de l'Autunois

Vice-Président du Conseil Général

de Saône-et-Loire

 

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans Santé
commenter cet article

Dossiers

Liens