Présentation

Recherche

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 16:38

Suite à la mobilisation des parents d’élèves et des Elus pour le maintien des classes élémentaires sur Monthelon et l’élargissement, dès la rentrée 2012, du Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI) à Saint-Léger-sous-Beuvray, Saint-Prix et Glux-en-Glenne, Monsieur le Préfet de Saône-et-Loire vient d’accepter de recevoir une délégation de parents d’élèves et d’Elus le 9 mars prochain et de rouvrir le dossier, en lien avec Monsieur l’Inspecteur d’Académie.

 

Les portes sont donc de nouveau ouvertes, dans l’espoir de renforcer à court terme des structures pédagogiques, au bénéfice de la scolarité des enfants de cette partie de l’Autunois-Morvan.

 

AUTUN, le 24 février 2012

 

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 09:52

J’ai reçu ce matin une délégation de parents d’élèves des écoles Monrose et Clos Jovet d’Autun. Dans chacune de ces écoles, une classe est menacée à la rentrée prochaine. Or, les effectifs seront maintenus à près de 150 élèves pour l’école maternelle René Monrose et à près de 170 élèves à l’école élémentaire du Clos Jovet.

 

Les parents m’ont confirmé les risques que ferait courir sur leurs écoles la suppression d’une classe. Ils m’ont fait remarquer qu’en 2010, suite à la restructuration des écoles sur le secteur de Saint-Jean République, l’Inspection d’Académie s’était engagée à une stabilité, au moins pendant deux ans, pour voir comment se réorganisait l’offre scolaire entre Monrose, Chancelier Rolin et Clos Jovet. Or, alors même que le Président de la République s’était engagé sur un moratoire concernant les fermetures de classes en 2012, leurs deux écoles se retrouvent de nouveau dans le collimateur, alors même que les effectifs se maintiennent et que les deux fermetures concerneraient le même secteur scolaire et donc les mêmes familles. Cependant, loin d’être découragés, les parents d’élèves sont très motivés à préserver l’avenir de leurs enfants qui passe très largement par une offre scolaire de qualité.

 

Concernant Monrose, la fermeture d’une classe, outre le sureffectif qu’elle engendrerait dans les autres classes, fragiliserait les classes-passerelles, en amont vis-à-vis des haltes-garderies, et en aval vis-à-vis de l’élémentaire, alors même que Monrose est site pilote en la matière. Elle rendrait également difficile l’accueil des tout-petits dans des conditions acceptables.

 

Concernant Clos-Jovet, la fermeture d’une classe se traduirait par un risque de surcharge des classes en CP, année d’apprentissage s’il en est, mais aussi en fin de cycle, notamment en CM2, année de préparation à la sixième. Elle rendrait beaucoup plus difficile l’intégration des enfants venus de l’enseignement spécialisé (CLIS) et le suivi des élèves qui ont besoin des services du RASED (Réseau d’Aide Spécialisée aux Enfants en Difficulté), structure elle aussi fragilisée par les choix actuels.

 

Les parents d’élèves des deux écoles vont demander à rencontrer dans les jours qui viennent l’Inspecteur d’Académie, que j’ai contacté immédiatement pour lui demander de recevoir une délégation dès que possible. J’aurai l’occasion de rencontrer l’Inspecteur d’Académie le 10 février prochain, avec les Maires de Monthelon et de La Grande Verrière, pour lui signifier notre désaccord le plus profond sur les fermetures de classes, tant sur Autun qu’en secteur rural où l’offre se réorganise actuellement. Ce qui est clair, c’est que, comme chaque année, nous ne nous laisserons pas faire. Nous savons aussi que l’actuel Inspecteur d’Académie est un homme à l’écoute, même s’il doit faire avec des moyens qui aujourd’hui sont en forte diminution. Vivement que l’éducation redevienne dans ce pays une priorité !

 

AUTUN, le 1er février 2012

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:20

Suite à votre article paru dans votre édition de ce jour, intitulé :

« Des écoles sacrifiées ? »

 

 

Peut-on parler d’écoles sacrifiées ? Le propos m’a heurté.

 

C’est un scoop ! Depuis des années, Autun a perdu des classes dans ses écoles. Pour deux raisons : l’une subie, l’autre voulue.

 

La raison subie est la politique menée par les gouvernements successifs : hausse des effectifs par classe, y compris en maternelle, suppression de classes et baisse des moyens.

 

La raison voulue est le choix fait de conserver des écoles en secteur rural, dans le cadre de la Communauté de Communes de l’Autunois, et de ne pas aller chercher dans le rural les élèves qui manquent à l’appel, comme le fait la plupart des villes.

 

Si on ajoute la nécessité de ne maintenir que des bâtiments aux normes – ce qui est un impératif absolu -, cela s’est traduit à Autun, depuis dix ans, par près de 8 millions d’euros de travaux : fermeture de Bernard Renault, réouverture de Monrose, adaptation de Clos Jovet, fermeture de GS2, extension et amélioration de Victor Hugo à Saint-Pantaléon, restaurant scolaire et reprise sur le bâtiment du Parc, etc.. Sont dans nos projet de finir de doter toutes les écoles d’un restaurant scolaire sur place, pour éviter les dangers liés aux déplacements.

 

Tout cela, c’est le prix de l’adaptation et de la modernisation permanentes de nos structures et le maintien d’écoles dynamiques en secteur rural.

 

Nous ne le regrettons pas. Mais si la politique actuelle au plan national se poursuivait après 2012, se poserait la question d’une nouvelle série d’adaptations, en urbain comme en rural ; d’où les incertitudes actuelles et les réflexions conduites avec l’ensemble des collègues du territoire, en lien avec les personnels de l’Education Nationale et les parents d’élèves.

 

AUTUN, le 18 octobre 2011

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 09:05

En réaction à l’article paru dans le JSL du 21 décembre 2010, en page départementale.

 

 

 

Etudiants : du rêve à la réalité.

 

 

Rappelons que l’une des rares missions confiées au Député de notre circonscription au plan national est le logement et les conditions de vie des étudiants.

 

Votre article est éloquent sur les difficultés persistantes des étudiants et même leur très nette aggravation. Dont acte.

 

Il serait grand temps de revoir la copie et de réinvestir au profit de la jeunesse de notre pays, de son éducation, de sa formation, de sa promotion sociale, de ses chances de réussite.

 

 

 

 

AUTUN, le 22 décembre 2010

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 17:15

A propos du logement étudiants… 

 

Visiblement, les préconisations du Député en charge du logement étudiants, Monsieur Anciaux, n’ont été suivies d’aucun effet : pire, le Gouvernement veut porter un coup très rude aux familles ayant des enfants étudiants à travers le choix qu’elles devraient faire dès l’an prochain entre l’Allocation Personnalisée au Logement et la demi-part fiscale par enfant à charge.

 

J’ai bien entendu les réserves faites par le Député de la circonscription mais, plus clairement, je souhaiterais qu’il réponde à la question suivante : si cette mesure venait à être maintenue dans le cadre de la prochaine loi de finances, votera-t-il cette loi qui mettra alors en coupe réglée sur cette question, mais pas seulement sur cette question, le budget de nombreuses familles qui se mettent en quatre pour assurer l’éducation et la promotion sociale de leurs enfants ?

 

 

AUTUN, le 8 juillet 2010

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 19:00

 

COMMUNIQUE de Monsieur Rémy REBEYROTTE,

Maire d'AUTUN, Vice-Président du Conseil Général

Président de la Communauté de Communes de l'Autunois

___________

 

 

Menaces sur les écoles et le CIO.

 

Comme dans toutes les agglomérations de Saône-et-Loire, la rentrée s’annonce drastique et combative à Autun – Saint-Pantaléon.

 

Drastique, car l’Inspection Académique pourrait décider de fermer jusqu’à quatre classes sur Autun – Saint-Pantaléon  et une en secteur rural.

 

J’écris « pourrait » car les projets ne sont pas encore officiels et ne le seront… qu’après les élections régionales. Comme par hasard !

 

Pourraient être concernées deux écoles maternelles. Ce pourrait être Le Parc et Monrose. Et deux écoles élémentaires qui pourraient être Le Parc et Victor Hugo. Cela reste pour l’instant des hypothèses.

 

Il est clair que la Ville ne laissera pas faire, particulièrement dans deux secteurs de l’agglomération qui sont retenus en priorités 1 et 2 du Contrat Urbain de Cohésion Sociale. Il y aurait là, une fois de plus, un double discours du Gouvernement qui classe ses quartiers en priorités et leur supprime des moyens, comme il le fait pour d’autres.

 

Concernant le Centre d’Information et d’Orientation (CIO), qui est lui aussi de compétence d’Etat, pèse sur lui une menace de délocalisation à l’intérieur même du département, alors qu’Autun est une des villes qui accueille à proportion le plus d’élèves puisqu’elle compte la présence, en matière d’enseignement public, de trois collèges, dont un collège militaire, et de deux lycées, dont un lycée militaire.

 

Là encore, nous ne serions pas sans réagir car nous sommes très attachés à la présence de personnels d’orientation sur notre territoire qui permettent une information ouverte, large et utile de l’ensemble des élèves qui souhaitent ou ont grandement besoin d’en bénéficier.

 

J’invite tous ceux qui souhaitent le maintien de ces services de proximité à prendre contact avec le Rectorat ou l’Inspection pour faire connaître leur position. De notre côté, nous opposerons le refus le plus total de voir se démanteler progressivement, ici comme ailleurs, les services de l’Education Nationale.

 

AUTUN, le 9 février 2010

 

 

 

 

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 13:24

Les temps sont difficiles et la crise est là… Pour s’assurer que chaque enfant, quels que soient les revenus de sa famille, puissent bénéficier, dans les meilleures conditions possibles, de la cantine scolaire, et donc se garantir au moins un repas de qualité par jour, nous avons décidé de modifier les tarifs de la restauration scolaire sur la base de coefficients familiaux.

 

Aussi, dès la rentrée de septembre, les tarifs, qui jusqu’ici étaient uniformes à 3,60 €, s’organiseront de la manière suivante :

 

- 2,00 € pour les familles dont le QF est inférieur à 400 €

- 3,00 € pour les familles dont le QF est compris entre 400 et 800 €

- 3,60 € pour les familles dont le QF est compris entre 800 et 1.500 €

- 4,30 € pour les familles dont le QF est supérieur à 1.500 €

 

 

AUTUN, le 15 juin 2009

 

 

Rémy REBEYROTTE

Maire d’AUTUN

Vice-Président du Conseil Général

Président de la CCA

Repost 0
Published by REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 16:05

Le 25 mai dernier, le Lycée Bonaparte, la Région Bourgogne et la Ville d’Autun, ainsi que ses collègues enseignants et ses élèves ont rendu un hommage appuyé à Hans Weirich, professeur d’Education Physique et Sportive, Champion de France de boxe française, disparu prématurément l’an dernier, dans sa 48ème année. A cette occasion, ils entouraient les membres de sa famille.

 

L’une des salles d’évolution du Gymnase de Bourgogne, celle où Hans Weirich prodiguait le plus souvent ses cours et ses entraînements, a été baptisée « Salle Hans Weirich ».

 

Tous ont souligné une vie exceptionnelle, faite de pédagogie, d’attention envers les élèves, de performances et de combats face à la maladie qui l’a frappé dès le plus jeune âge. Sa santé fragile ne l’a pas empêché de développer des qualités exceptionnelles, bien au contraire, qualités faites aussi de grandes valeurs humaines et d’une fidélité en amitié soulignée par tous.
Repost 0
Published by REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:29

Dire que des enfants sont issus de familles défavorisées et peuvent rencontrer des difficultés scolaires, ce n’est pas les traiter de « débiles mentaux », c’est dire que nous avons un devoir de tout mettre en œuvre pour les aider au mieux et que cela passe aussi par des classes moins chargées et des collègues enseignants plus disponibles pour être à leurs côtés.

 

Il est regrettable que cette polémique ait nui à notre démarche auprès de l’Education Nationale. Rappelons qu’en 2009, comme chaque année, la Ville d’Autun et la Communauté de Communes de l’Autunois engagent d’importants moyens au profit de l’école et continueront à le faire au profit des enfants.

Repost 0
Published by REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 17:58

L’école maternelle de Saint-Pantaléon mérite bien mieux qu’une polémique stérile.

 

Aussi, retrouvons-nous tous pour plaider auprès de l’Education Nationale le fait que cette école, parmi d’autres, mérite une attention toute particulière et un taux d’encadrement supérieur, dû à son engagement dans un Programme de Réussite Educative (PRE) au titre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS).

 

Un poste, une classe en moins, ce serait autant de moyens qui disparaîtraient pour assurer l’égalité des chances et de l’accès aux connaissances.

 

Monsieur l’Inspecteur d’Académie a accepté le principe d’un rendez-vous avec l’équipe pédagogique et les parents d’élèves. Nous serons à leurs côtés, indéfectiblement.

Repost 0
Published by REBEYROTTE - dans éducation
commenter cet article

Dossiers

Liens