Présentation

Recherche

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 14:43

Extrait du discours de Rémy REBEYROTTE

Journée Internationale des Droits des Femmes

 

Le 8 mars c’est tous les jours. Cette date aussi symbolique soit-elle, n’est pas destinée à célébrer un quelconque idéal féminin. Cette question doit nous animer au quotidien, à la fois dans la sphère familiale et privée, mais aussi dans le monde professionnel ou encore dans la vie publique.

Beaucoup de choses ont été faites depuis plusieurs décennies, mais jamais assez.

C’est je crois un des enjeux majeurs pour l’évolution de notre société, et nous sommes en présence d’une réelle volonté d’avancer sur cette problématique, avec la création d’un ministère dédié depuis mai dernier, dirigé par Najat Vallaud-Belkacem.

-       Equité et égalité homme / femme dans les rémunérations salariales, l’embauche de femmes atteintes de handicaps, l’accès aux postes à responsabilités…

-       Lutte contre toutes formes de discriminations liées au sexe, parfois sournoises et emplies de tabous…

Je pense surtout à la cause féminine dans d’autres sociétés du monde, qui ne respectent pas les bases de la condition humaine, entre humiliations et violences.

Je ne crois pas à une révolution féministe. L’égalité homme femme ne peut s’opérer dans notre société que par le dialogue et la prise de conscience générale. Force est de constater, qu’avec le renouvellement des générations, et malgré des foyers de réticences qui seront de tous temps difficiles à combattre, les mentalités évoluent dans le bon sens.

A ce titre, ce n’est pas qu’un combat de femmes. Il faut aussi saluer ces nombreux hommes qui par leur réalisme et leur engagement, font bouger les lignes.

 

A l’échelle de notre collectivité, la politique de ressources humaines est clairement engagée en ce sens, même si des efforts restent encore à faire.

Au niveau de la Ville d’Autun :

47 % des agents sont des femmes, et les postes d’encadrement (directeurs et chefs de services)  atteignent la stricte parité: 12 hommes / 12 femmes

La rémunération moyenne mensuelle des femmes est inférieure de 5% à celle des hommes. Cela s’explique par les heures supplémentaires réalisées par le personnel majoritairement masculin des services techniques (déneigement en hiver, protocole, manifestations…).

A temps de travail égal, l’égalité salariale est respectée. Pour rappel, l’INSEE relève un écart moyen de 18% dans la rémunération homme/femme dans le secteur public au niveau national. (28% dans le privé)

Au niveau communautaire :

CCA : 68% des agents sont femmes

CIAS : 91% des agents sont des femmes

Directeurs et chefs de services : 9 hommes pour 12 femmes – soit  57% de femmes.

 

L’accession des femmes aux postes à responsabilité est une fierté pour notre collectivité, je dois le dire, mais cela ne relève pas d’une obstination absolue de placer des femmes pour se donner bonne conscience ! Elles se positionnent naturellement par leurs compétences et leur implication, et sont la valeur ajoutée de notre organisation.

 

Autun, le 8 mars 2013

Rémy REBEYROTTE

 

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE - dans Célébrations
commenter cet article

Dossiers

Liens