Présentation

Recherche

28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 09:54

- VŒUX AUX ACTEURS DE LA VIE LOCALE –

Vendredi  23 janvier 2015 – 19 heures
Parc des Expositions L'Eduen
_________

 

Mesdames, Messieurs, chers Amis,

 

Le 9 janvier dernier, je devais vous présenter mes vœux. Qui aurait pu penser que cette journée fut celle d’un deuil national ? Une nouvelle fois, permettez-moi d’avoir une pensée pour l’ensemble des victimes et l’ensemble des familles touchées directement par ces attentats abjects.

Ne nous trompons pas de cible : c’est une forme nouvelle du combat cent fois répété de notre République pour défendre ses valeurs, contre l’obscurantisme, contre le fondamentalisme, contre le terrorisme, contre le fascisme, quelle que soit la forme qu’ils recouvrent. C’est le combat de toute la communauté nationale contre le salafisme et ses conséquences, nouvelle forme d’un fondamentalisme et d’un fascisme qui tentent de s’organiser et de gagner du terrain, ici et partout.

Comme des allemands furent les premières victimes du nazisme, comme nous le rappelle le Chant des Marais, les premières victimes du salafisme et de ses réseaux sont des personnes de confession musulmane. Nous avions peut-être oublié un peu vite que notre République, ses valeurs, ses libertés fondamentales, sa garantie des droits, sont des combats permanents et qu’il ne faut pas reculer lorsqu’ils peuvent être mis en cause. De ce point de vue, les marches organisées dans le pays le 11 janvier dernier, furent un sursaut, un baume au cœur. Aujourd’hui, notre devoir, c’est que la République, sa force et ses lois, soient partout chez elles, dans tous les quartiers de nos villes et de nos villages, sur chaque centimètre carré de notre territoire, y compris dans les réseaux sociaux. Oui, il faut être ferme, ne pas laisser faire, être vigilant et combatif, pour défendre notre République laïque, démocratique, sociale et indivisible, comme le rappelle notre Constitution. Il faut que partout la République retrouve ses droits, pas seulement par la force, mais aussi par la pédagogie, par l’éducation, par la transmission des valeurs entre générations, par le lien humain que nous entretenons, bref par la fraternité que nous devons reconstruire au service de la liberté et de l’égalité des droits : Liberté, Egalité, Fraternité.

Ce travail de sursaut républicain, considérable mais indispensable, seules des forces républicaines peuvent le porter, qu’elles soient d’un bord ou l’autre de l’échiquier, mais de l’échiquier républicain. Seuls des Elus viscéralement républicains, quel que soit leur bord, peuvent porter ce projet ambitieux et impératif. Ne laissons pas ceux qui piétinent la République, qui vilipendent au quotidien la séparation des pouvoirs et les libertés fondamentales, tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, de nous faire croire qu’ils porteraient les valeurs républicaines, alors qu’ils tentent de détruire la République de l’intérieur, comme ils l’ont fait dans d’autres périodes sombres de notre Histoire : rappelons-nous le 6 février 34, le mois d’octobre 40 ou juillet 42.

Je voudrais maintenant partager avec vous le délicat problème de la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales. Il est normal que nous contribuions à l’effort national de redressement des comptes publics. Mais je dois dire qu’avec 52 milliards de prélèvement pour l’ensemble des collectivités territoriales de notre pays, ce n’est plus une simple contribution, c’est un effort massif et sans précédent.

La contribution et l’effort de redressement, nous les avions heureusement anticipés ici, mais pas à cette hauteur. Ils ne seront pas pour autant sans conséquence pour le fonctionnement de nos services qui devra encore être restructuré et/ou revu à la baisse, ni pour les partenaires que vous êtes puisque vous n’aurez plus le même niveau de soutien que nous avons pu, directement ou indirectement, vous apporter par le passé. Cependant, l’ajustement progressif de ces dernières années nous permettra de revoir nos soutiens, sans coupe sombre, comme c’est le cas par exemple chez nos voisins chalonnais qui viennent d’annoncer une baisse immédiate et abrupte de 25 % de toutes les subventions et la disparition des soutiens exceptionnels. Nous essaierons au maximum de dialoguer bien sûr avec vous, mais il y aura forcément un avant et un après l’automne 2014, où nous avons appris qu’une collectivité comme la nôtre, je parle de la Ville d’Autun, allait voir baisser de 2,5 millions d’euros ses dotations sur trois ans. Rien que la dernière année, c’est-à-dire 2017, les 1,3 millions d’euros d’effort qui nous seront demandés représentent notre actuelle capacité d’autofinancement : or, nous ne souhaitons pas remettre en cause un certain nombre d’investissements particulièrement nécessaires, au moment où les taux d’intérêts sont historiquement bas et où les entreprises ont besoin de conforter leurs carnets de commandes et d’être soutenues. Ces seuls 1,3 millions d’euros, à comparaison, si nous devions les compenser par l’impôt, ce serait une hausse de 16 % de la fiscalité locale. Si je prends les 2,5 millions d’économies cumulées, ce serait 30 % de hausse de la fiscalité locale. Or, nous nous sommes engagés à ne pas augmenter la fiscalité locale et nous tiendrons, mais au prix d’économies, de mutualisations et de restructurations importantes.

Nous avons engagé un travail important avec la Communauté de Communes, appelé la création d’un pacte fiscal et financier, pour maximiser les ressources qui arriveront sur notre territoire et éviter au maximum, également au plan communautaire, de recourir à l’impôt. Par ailleurs, bien sûr, nous allons accentuer ce qui fait notre politique financière depuis maintenant sept ans, depuis la crise des subprimes, à savoir baisse résolue des dépenses de fonctionnement, recherche résolue de toutes les recettes et soutiens mobilisables, même si l’exercice est de plus en plus difficile pour les mêmes raisons qu’il doit être mené, désendettement, en empruntant deux fois moins que nous ne remboursons, maîtrise de la fiscalité locale, voire stabilité pour la commune, et maintien d’une capacité d’autofinancement suffisamment forte et des capacités d’emprunts pour maintenir un bon niveau d’investissement.

Cette année, pour la Ville, ce sera la fin du Programme de Renouvellement Urbain sur Saint-Pantaléon, qui concernera principalement l’école et l’entrée de quartier. Ce sera la réfection de la rue aux Cordiers, début des aménagements de centre-ville, le lancement du nouveau restaurant scolaire du Clos Jovet, l’accélération de la programmation du futur Musée Rolin, la troisième tranche de réfection de la salle de l’Hexagone, la création du lotissement André Malraux en Fleury, l’accompagnement des études sur l’arrivée du Très Haut Débit, pour ne parler que des principales réalisations. Nous envisageons aussi les premiers travaux d’embellissement et de reprises de voiries sur une nouvelle programmation.

Côté Communauté de Communes, là encore, le Très Haut Débit pour le secteur rural, qui sera une véritable solidarité, y compris financière, entre l’urbain et le rural, sera à l’ordre du jour, comme les premiers travaux de la bibliothèque numérique et multimédia, ou la poursuite de l’organisation des filières courtes agricoles et agro-alimentaires et le choix de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage du nouvel abattoir. Les derniers travaux du Parc d’Activités Saint-Andoche et la rénovation de la zone d’activités de Saint-Forgeot seront eux aussi à l’ordre du jour.

Enfin, côté Centre Hospitalier, 2015 sera marquée par la signature d’une communauté hospitalière élargie à Montceau-les-Mines, c’est-à-dire rapprochant les trois pôles publics de Chalon-sur-Saône, d’Autun et de Montceau, avec la volonté de travailler ensemble et de mettre en commun les points forts de chacun. Et puis, nous nous ouvrons cette année une fenêtre d’autorisation pour accueillir sur le pôle sanitaire, constitué de l’hôpital et de la clinique, un IRM.

Je n’ai pu être exhaustif, mais sachez que beaucoup de travaux sont sur la planche pour continuer à préparer l’avenir de notre territoire.

J’ai rappelé dans quel contexte difficile nous allons devoir gérer nos ambitions. De grâce, ne nous en voulez pas si nous devons faire des efforts importants sur le fonctionnement de nos collectivités, si nous ne pouvons vous soutenir, directement ou indirectement, dans les mêmes conditions que nous pouvions le faire précédemment. Les temps ont changé mais nous continuerons d’être à vos côtés, de construire avec vous un partenariat efficace et d’autant plus serré que les temps sont justement difficiles. C’est le moment de voir ensemble comment nous pouvons rechercher plus d’efficacité, plus de productivité, plus de partenariat et de coopération ; c’est le moment de s’appuyer davantage les uns sur les autres pour porter nos projets et renforcer encore nos liens et la confiance réciproque.

C’est sur cette note combattive, créatrice, optimiste et raisonnée, que je souhaite vous adresser tous mes vœux pour cette nouvelle année. Au regard de son début, nous ne pouvons qu’espérer qu’elle soit plus douce, mais aussi résolue et combattive, au service de nos valeurs. Qu’elle soit pour vous et vos proches une année de santé, une année réussie, personnellement, professionnellement, associativement. Encore une fois, tous mes vœux pour 2015.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens