Présentation

Recherche

1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 18:04

Extrait du discours de Rémy REBEYROTTE

à l’occasion de la venue à Autun de

 Robert BADINTER

pour le 30ème anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France et la 9ème journée mondiale pour l’abolition universelle de la peine de mort

 

le mercredi 30 novembre 2011

____________

 

RR-avec-RB.JPG

 

 

 

« Je veux ici remercier très sincèrement Robert Badinter pour sa venue en terre autunoise et pour avoir accepté de donner son nom à une rue d’Autun, à quelques encablures de la rue René Cassin. Quel symbole !

 

Robert Badinter, c’est une conscience, mais une conscience engagée, une conscience incarnée. Pas de ces consciences qui, hommes de l’ombre, passent d’un Président à l’autre pour exister quoi qu’il arrive. C’est une conscience active, en action, qui, de ce fait, a pris des coups et subi des attaques : c’est une conscience exposée.

 

Il y a trente ans, le 30 septembre 1981, notre Pays était le trente-cinquième à abolir la peine de mort au plan mondial. Robert Badinter était le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Il a porté ce combat, dur, haineux ; rappelons-nous les attaques de l’époque venant de la Droite, et notamment de la Droite parlementaire.

 

Notre rencontre intervient une semaine après le décès de Danielle Mitterrand, combattante elle aussi pour l’abolition universelle de la peine de mort. En 1981, François Mitterrand avait subi de fortes pressions pour qu’il retire de ses propositions l’abolition de la peine de mort, jugée risquée pour lui tant elle ne rencontrait le soutien que d’une très faible majorité de Français : un peu plus de 30 %. Or, François Mitterrand ne s’est pas défaussé : « Ce point », a-t-il dit, « est une question de conscience et d’honneur pour la France. Il n’est pas négociable ». Le combat fut donc gagné grâce à François Mitterrand et à Robert Badinter.

 

Pour Robert Badinter, cette abolition est en fait l’aboutissement d’un long combat, parmi d’autres combats, pour faire reculer dans le Monde les injustices, faire respecter les droits fondamentaux de l’Homme. Robert Badinter est un combattant infatigable, qu’il soit Avocat, Ministre, Président du Conseil Constitutionnel, Président de la Commission d’Arbitrage pour la Paix en Yougoslavie, Président de nombreuses missions internationales ou Sénateur particulièrement actif sur toutes les questions traitant du Droit. « Continuer, continuer toujours » pourrait être sa devise.

 

Aussi, c’est un grand honneur pour nous de l’accueillir aujourd’hui, la Ville ayant décidé, il y a deux ans, de rejoindre la trentaine de villes en France qui se sont engagées pour l’abolition universelle de la peine de mort, « Ville pour la vie ». Nous ne sommes pas prêts d’oublier ce 30 novembre 2011 ! Cette journée mondiale, consacrée à l’abolition universelle de la peine de mort, cette journée qui prolonge ce combat pour que cette peine, qui n’en est pas une, pour que cette mort institutionnalisée disparaisse de la face de notre planète le plus rapidement possible. En trente ans, plus de cent pays, après la France, ont aboli, en droit ou en fait, le recours à la peine de mort. Le combat mérite d’être continué parce que ce combat, nous devons le gagner pour nos enfants et les générations futures, quel que soit le lieu ou le pays où l’on se trouve dans le Monde. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens