Présentation

Recherche

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 10:13

Notre Communauté de Communes fêtera son 10ème anniversaire en 2010, même si elle a mis en œuvre son premier budget à partir de 2001. 10 ans, ça n’est pas encore l’âge de maturité, mais c’est plus que l’âge de raison. Et en 10 ans, notre construction communautaire s’est consolidée et est devenue progressivement un acteur et un partenaire essentiel de notre territoire.

 

Elle s’est fortifiée en nombre de communes, passant de 13 à 22. Elle s’est fortifiée en compétences puisqu’elle exercera l’an prochain, si la montée de nouveaux transferts se réalise, environ 50 % des services publics locaux pour les habitants de notre territoire. 50 % communes, 50 % communauté : nous serons sur la ligne de crête.

 

En matière d’intercommunalité, notre territoire avait pris du retard et il faut bien admettre que les précurseurs étaient rares.

 

Rendons hommage à ceux qui ont vu loin et su convaincre autour d’eux. Je pense ici à Christian Montcharmont, à Lucien Chaussard ou à l’insubmersible Gabriel Chavy. Ils ont su prêcher si fort que, petit à petit, le désert a reculé et l’idée intercommunale a commencé à faire son chemin sur les fondements de la loi Joxe de 1992, puis de la loi Chèvenement de 1997.

 

Mais la Ville restait encore à l’écart et il faut rendre hommage à Didier Martinet qui a œuvré pour que naisse, dans un premier temps, un SIVOM, celui du Grand Autunois, limité aux déchets et à l’assainissement non collectif, puis une intercommunalité, limitée en nombre de communes et en compétences, mais qui a pu voir le jour et commencé à devenir une réalité. Qui aurait pu dire en 2000 qu’un jour, et finalement très rapidement, elle regrouperait plus de 20 communes ? Qu’un jour, elle gèrerait, au-delà des déchets et de l’assainissement non collectif, la compétence scolaire dans tout ce qui concerne la vie quotidienne de nos élèves, avec une telle réussite ; qu’elle contribuerait à ce point à maintenir des écoles sur l’ensemble du territoire et des centre-bourgs vivants, qu’elle gèrerait une large majorité de la voirie communale, qu’elle porterait le développement que nous connaissons à Bellevue, qu’elle piloterait la formation et l’insertion, qu’elle aurait en compétence l’ensemble de l’action sociale ou encore du transport de la population, qu’elle gèrerait le centre nautique, les bibliothèques, depuis cette année l’ensemble de l’animation jeunesse, qu’elle accélèrerait formidablement la dimension environnementale des politiques à mettre en œuvre à travers l’Agenda XXI mais aussi dans une logique permanente de développement durable, et je pense notamment à la question de l’habitat ? Et puis, qui aurait dit qu’elle porterait la construction d’un Parc des Expositions si longtemps attendu, avec le succès que l’on connaît également : dira-t-on jamais combien ce parc a libéré d’énergies créatrices et de projets qui avaient du mal à trouver l’écrin de leur développement ?

 

Au-delà de tout cela, la Communauté est un formidable outil de cohésion du territoire puisque 22 communes, c’est en fait de très nombreux Elus et de très nombreux personnels qui travaillent ensemble à la gestion et au devenir de notre territoire.

 

Quelques pistes pour l’avenir :

 

1 – Dans le contexte de crise, nous allons continuer à soutenir le pouvoir d’achat des familles et le carnet de commande des entreprises, à soutenir l’installation et le développement d’activités et l’emploi :

 

Le pouvoir d’achat, à travers le soutien du Centre Intercommunal d’Action Sociale aux familles, en limitant nos dépenses de fonctionnement et donc la hausse de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (l’une des plus faibles de Saône-et-Loire) et le recours à la fiscalité locale ; enfin l’avantage communautaire permettra aux habitants de notre Communauté de bénéficier d’un tarif privilégié pour accéder aux services communautaires, pas au plan unitaire, mais sur abonnement ou sur tarifs groupés, parce qu’ils contribuent comme contribuables à financer ces équipements, ce qui n’est pas le cas des autres usagers. C’est une logique identitaire, mais aussi financière, en terme de pouvoir d’achat. C’est le « plus » de 2010 pour nos habitants.

 

 Les entreprises, en facilitant le développement sur Bellevue, en évitant d’alourdir la fiscalité des entreprises et en maintenant un bon niveau d’investissement : dans la voirie, les bâtiments, avec la future Maison de la Petite Enfance, le projet de la Bibliothèque-Médiathèque ou de la liaison entre les zones d’activités, l’arrivée du très haut débit ou le Pôle Formation.

 

2 – Préparer l’avenir, c’est préparer de nouveaux transferts de compétences pour conforter l’existant, le rendre plus lisible, plus cohérent et renforcer les mutualisations. Le 1er janvier 2011 sera un nouveau rendez-vous important, après l’animation jeunesse qui vient d’être transférée il y a quelques jours.

 

3 – 2010 sera une année particulière pour une autre raison : trois textes seront prochainement en débat au Parlement portant sur la future réforme territoriale. Le volet « intercommunalité » retiendra bien sûr toute notre attention. Je souhaite vivement que la réforme permette d’achever la carte de l’intercommunalité, à l’échéance de 2012 ; qu’à cette date, il n’y ait plus de communes isolées, mais aussi qu’elle nous donne des outils pour faciliter le regroupement d’intercommunalités existantes. A nous de saisir ces balles au bond. Je suis favorable aussi à un renforcement de nos compétences dans un souci de plus grande cohérence. Je suis plus réticent à l’élection directe des Elus Communautaires au suffrage universel. Elle pourrait être une seconde étape, mais je suis favorable dans un premier temps à ce qu’on consolide déjà l’édifice intercommunal, qu’on le parfasse avant d’envisager de le livrer au débat public, parfois politicien, polémique et démagogique. Chaque chose en son temps. Ne pas confondre vitesse et précipitation. A l’échelle de l’Histoire, notre construction est toute récente.

 

4 – 2010 doit nous permettre encore de renforcer, de nouer de nouveaux partenariats : au sein du Pays, entre communautés saônéloiriennes, mais aussi de l’Association du Grand Autunois, sur des sujets stratégiques, à l’échelle du territoire vécu avec la Nièvre et la Côte d’Or, et puis avec la Communauté Le Creusot Montceau et le Chalonnais, Chalon ayant des ambitions légitimes, importantes et conformes aux intérêts à court, moyen et long terme de notre territoire. Nous amarrer au Val de Saône me paraît stratégiquement, à l’échelle du Pays et de l’Europe, un choix important et déterminant.

 

Il faudra faire tout cela sans oublier notre socle que sont :

 

l’équilibre dans la répartition des sièges au Conseil Communautaire : 33 % Autun, 66 % rural ;

 

le transfert d’investissements uniquement en situation correcte ;

 

le transfert d’investissements et de compétences en parfaite connaissance du fonctionnement.

 

Voilà pour nos principes d’actions : ils sont essentiels.

 

Mais nous avons un deuxième socle, c’est la grande qualité de notre personnel, sa dynamique et son investissement. C’est pour cela que la Communauté est absolument essentielle. Continuons à donner au personnel les moyens de son fonctionnement (nouveaux locaux administratifs, centre technique intégré, maison de la petite enfance, future bibliothèque-médiathèque).

 

Enfin, 2010 sera donc l’année du 10ème anniversaire ; l’occasion d’une forte communication : sortie du Guide des Services et de « Couleurs de l’Autunois ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Rémy Rebeyrotte
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens