Présentation

Recherche

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 13:38

 

REPAS DES ANCIENS 2010

 

 

Dans les tumultes du Monde, tremblement de terre et de terreurs, guerres, peuples-martyrs, drames et accidents, chômage, maladies et crises, il est des moments de repos, d’oasis, d’autant plus importants que les temps sont difficiles.

 

Notre repas annuel fait partie de ces moments-là, privilégiés, si précieux, si riches, comme suspendus hors du temps et de la fièvre ou de la grippe ambiante.

 

C’est pour cela que nous y tenons tant. La communauté que nous formons, sa convivialité, ce lien entre nos générations n’ont pas de prix : être et vivre ensemble, c’est le fondement même et le serment de base, sans cesse renouvelé, de toute société.

 

Nous sommes aujourd’hui près de mille, et je veux saluer d’entrée ceux qui ont organisé ce temps fort.

 

Le Centre Intercommunal d’Actions Sociales, Madame Sontrop, sa directrice, et Madame Moreau, dont chacun connait l’implication, le CIAS ayant pour la première fois cette année financé et coordonné la mise en œuvre de notre repas, aux côtés des services de la ville d’Autun et principalement du service de la Vie du Citoyen, que dirige Madame Duband. Je veux la remercier, ainsi que l’ensemble de son équipe, pour le travail remarquable accompli.

 

Remercier aussi les autres services municipaux qui concourent à l’organisation, et notamment les services techniques et logistique mutualisés de l’autunois.

 

Merci à Bourgogne Morvan traiteur, Nano Millot, et au Régal des Autunois qui vont, j’en suis sûr, nous régaler et qui sont eux aussi, ils me l’ont dit, heureux de vous accompagner dans des moments comme ceux-ci, au-delà de l’aspect strictement professionnel.

 

 

 

Et bien sûr, remercier infiniment les bénévoles qui, une fois encore, ont répondu présents pour vous servir, pour être à vos côtés, pour vous accompagner. Merci, mille fois merci, de consacrer du temps, un de leur dimanche, pour vous, pour nous tous.

 

Je n’oublierai pas les partenaires qui nous aident : responsables d’établissements, présidents de clubs ou d’associations, présidents d’amicales, Paroisse, Lycée Militaire, Croix-Rouge, presse locale, RSL, service du Parc, etc. Ils nous apportent tous un concours précieux et amical. Je veux ici les en remercier en mon nom, mais aussi au nom de tous les Elus qui se sont mobilisés : Monique Gatier, Roger Vernay, Régine Devoucoux et encore Marie-Paule Escriba.

 

Quelques nouvelles de nos doyens et doyennes, en excusant d’abord « la Fleurotte », Marie-Louise Fleurot, qui n’a pu être présente cette année, étant retenue en famille à St Yan. Elle nous envoie de très amicales pensées, notre jeune doyenne de 106 ans, bientôt 107. Elle sera prochainement de retour à Autun pour fêter le 22 février une année supplémentaire. Mais elle ne souhaitait pas que j’attende 107 ans pour vous adresser, en son nom, tous ses vœux d’un repas et d’une année 2010 réussis. Merci Fleurotte !

 

En établissement, nous avons rendu visite ce matin au Père Rémi Régnier qui fêtera cette année ces 100 ans et qui vous transmet lui aussi ses plus solides amitiés. Il est à la maison St Antoine.

 

Et Germaine Gauthey, 104 ans, pensionnaire de la Maison de retraite l’Eduenne (…). Elle vous transmet son bonjour. Et nous les saluons et les embrassons chaleureusement.

 

Et puis, il y a les doyens de notre repas : tout d’abord, Madame Isabelle Fernandez, 98 printemps (…).

 

Je veux la remercier de sa présence, comme je souhaite saluer et remercier Raymond Marronnier, du même âge, 98 printemps, ô combien connu et apprécié à Autun et bien au-delà (…).

 

Je veux donc en votre nom à tous, leur souhaiter un excellent repas à nos côtés et une excellente année 2010.

 

Quelques nouvelles de la vie municipale en ce début d’année 2010 et en ce contexte de crises et d’incertitudes législatives pour nos collectivités.

 

La Ville, comme la Communauté de Communes, ont fait des efforts énormes, au cours de ces dernières années, pour maîtriser et réduire leurs dépenses de fonctionnement et ainsi se désendetter, préparer les investissements futurs et limiter le recours à la fiscalité.

 

Rappelons ici que la montée en puissance de notre intercommunalité est un enjeu essentiel et permet à notre territoire d’obtenir de l’Etat une aide supplémentaire équivalant à 132 € par habitant, 100 de plus que les structures comparables à la nôtre, compte tenu des transferts nouveaux que nous mettons en œuvre année après année.

 

Pour chacune de nos collectivités, en 2009, nous atteignons des niveaux historiques d’autofinancement et d’épargne brute. Ce n’est pas de l’argent que nous mettons de côté, c’est la condition pour financer nos futurs investissements car elle est bien finie l’époque où, pour de nombreux projets, nous pouvions compter sur des subventions à hauteur de 60, voire 70 %. A l’avenir et encore davantage si le gouvernement venait à supprimer la clause générale de compétences des régions et des départements, nous serons heureux et satisfaits si nos projets obtiennent déjà entre 30 et 40 % d’aides extérieures.

 

Les difficultés de l’Etat retombent en cascade sur les régions et les départements, puis sur nos collectivités locales, et il nous appartient d’en limiter les effets sur les ménages car, au bout du bout, il y a, vous l’avez compris, toujours les mêmes, les contribuables, c'est-à-dire vous et moi.

 

L’année verra se poursuivre et s’accélérer la rénovation urbaine de Saint-Pantaléon, enjeu social et économique essentiel pour l’agglomération – nous inaugurons la semaine prochaine les bâtiments 53-54 -, la poursuite d’installations d’entreprises, notamment sur Bellevue et sur le parc Saint-Andoche, la mise en place d’un pôle formation particulièrement innovant sur notre territoire.

 

La construction du centre social Saint-Andoche devrait débuter en fin d’année ou tout début 2011, prenant le relais, pour l’économie locale, de la caserne des pompiers, centre Charles Echavidre, qui, je vous l’annonce officiellement, débutera cet été. Elle-même fait suite à la construction de la nouvelle caserne de gendarmerie que nous inaugurerons le 5 février.

 

Le musée Rolin fera aussi l’objet de toute notre attention, vous l’avez vu avec les rendez-vous du Louvre. Nous allons cette année sauver la prison panoptique, qui se dégrade dangereusement, et nous installer dans l’ancien palais de justice.

 

Enfin, nous commencerons cette année la rénovation progressive de nos salles communales, avec la salle Colonel Lévêque sous la Mairie, et en 2011 une première tranche de l’Hexagone. Ce ne sera pas du luxe, comme ne le seront pas non plus les 800 000 € que nous serons obligés de mettre dans la voirie, très endommagée par cet hiver rigoureux.

 

Et puis après la construction du boulodrome qui parachèvera nos équipements sportifs autunois, nous préparons en 2010 la première tranche de rénovation de Saint-Roch qui lui aussi en a bien besoin.

 

Bref une pierre après l’autre, en mobilisant nos partenaires et en fonction de nos budgets, nous continuons à moderniser notre ville, notre région autunoise, ses espaces, ses équipements, ses services publics, pour la rendre encore plus attractive au développement d’activités, au maintien et à l’installation de population. Enjeux, certes difficiles mais passionnants, qui font notre quotidien, notre attente et notre mobilisation de chaque instant.

 

Je sais que vous êtes aussi attentifs et attachés à tout ce qui se fait pour améliorer, défendre, construire notre quotidien, la ville que nous partageons.

 

Je vous adresse à vous, à votre famille, à vos proches, tous mes vœux d’une année 2010 réussie et heureuse, vœux de santé, vœux de dynamisme, vœux de lien social, vœux de réussite individuelle et collective.

 

(…)

 

 

Rémy Rebeyrotte

Maire d’Autun

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rémy Rebeyrotte - dans vie de la cité
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens