Présentation

Recherche

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 08:09

 

RASSEMBLER POUR ETRE PLUS FORT

ET DONNER DES CHANCES NOUVELLES A NOTRE TERRITOIRE.

 

 

·        Au 1er janvier 2014, notre Communauté de Communes comptera 43 communes et rassemblera 35.000 habitants.

 

·        Autun deviendra donc la ville-centre d’une intercommunalité de 35.000 habitants.

 

  • C’est un très long travail qui a abouti hier en CDCI, travail salué par une magnifique unanimité des membres de la Commission. Dans les premiers travaux de février 2011, la Communauté de Communes de l’Autunois ne s’étendait pas, puis elle ne s’étendait qu’à la Communauté de Communes de la Vallée de la Drée. J’ai proposé à cette époque, au nom de la CCA, que le travail soit fait en commun dans le cadre du Pays, avec les cinq communautés de communes qui le composent, cartes sur table, en s’appuyant sur une étude réalisée par KPMG. Le travail en commun a commencé et c’est ce travail qui, petit à petit, en fonction du libre choix des communes, a dessiné notre intercommunalité de demain, avec en plus des communes du Couchois et les communes de l’Arroux-Mesvrin.

 

  • Dès cette époque, on a bien senti que BVA voulait rester à part ; c’est leur choix, nous le respectons, comme nous respectons Saint-Léger-sous-Beuvray qui, parmi les communes de BVA, a souhaité nous rejoindre et avec laquelle nous construirons un partenariat particulier, une convention lui permettant de bénéficier de tous les avantages communautaires ; ainsi que Glux-en-Glenne qui est dans la même situation.

 

  • C’est la volonté des communes et elles seules qui a primé ; et je veux remercier ici les Préfets successifs qui ont compris que nous étions attachés à la liberté d’expression communale. J’insiste sur le fait que tout au cours de ce processus, nous avons souhaité rassembler toutes les communes qui souhaitaient nous rejoindre, sans exception, et sur la base du volontariat. Les seules communes qui ont été obligées l’ont été par la loi parce qu’elles étaient commune isolée. Du fait de leur position, Brion et Laizy ont pu choisir leur communauté. Saint-Forgeot et Reclesne faisant enclave au sein de la CCA, elles n’ont pas eu le choix. Ce fut un long processus de rassemblement.

 

  • Il est à noter que non seulement notre communauté de communes n’a pas perdu de commune, n’a eu aucune demande de retrait,mais qu’elle a plus que doublé le nombre de ses communes et que sa population passe de 23 à 35.000 habitants. C’est la plus forte évolution de l’ensemble du schéma départemental en faveur de l’intercommunalité.

 

  • Notre nouvelle Communauté de Communes est confortée dans son statut de première communauté de communes du département de Saône-et-Loire, juste derrière les communautés d’agglomération.

  

  • Nous devrons continuer dans l’avenir ce processus de rassemblement. C’est pour cela que je souhaite le maintien du Pays, sous la forme d’un syndicat mixte, le Pays comme précurseur de la future intercommunalité qui, d’ici la fin de la décennie, devra franchir les limites départementales, vers la Nièvre et la Côte d’Or, pour les communes qui partagent notre bassin de vie, et se conforter en direction du Grand Chalon. Le Pays doit demeurer ce lien indispensable entre les intercommunalités d’aujourd’hui pour construire celles de demain.

 

  • Le travail commence. Dès le 12 avril, je réunis les collègues présidents de communautés de communes qui ont choisi de fonder cette intercommunalité plus importante : il s’agit d’abord de lui donner un nom, un siège, de définir les conditions de représentation des communes et de commencer à travailler sur le projet et la mise en œuvre des compétences. D’ici la fin du mois, ou début mai, nous réunirons l’ensemble des collègues Maires pour que le lourd travail à faire se mette en place sans tarder. Deux remarques :

 

- d’abord sur l’importance relative des territoires au sein de notre nouvelle communauté : Autun à elle seule pèsera 45 % de l’ensemble ; l’Autunois actuel 75 %, l’Epinacois 12 %, l’Arroux-Mesvrin 9 %, les communes du Couchois et les anciennes communes isolées 4 % ;

 

- nous souhaiterions continuer à travailler comme nous l’avons fait dans la Communauté de Communes de l’Autunois, c’est-à-dire travailler d’abord sur le territoire - c’est fait -, puis sur le projet et les compétences, au service de la population et ne poser qu’ensuite le problème des postes et des responsabilités. Cela nous semble plus conforme à ce que doit être la démarche et l’action des Elus.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dossiers

Liens