Présentation

Recherche

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 11:26
 polebois.jpgAvec le bois, Autun reste dans la compétitivité (article du "Journal du Palais")


Le pôle d’excellence rurale suscite des créations et des développements d’entreprises. La gare bois d’Autun est même devenue la première gare bois de Bourgogne. Autun est plus que jamais sur les rangs pour entrer dans le club des pôles de compétitivité.


Depuis quelques années, le bois est porteur. Il est devenu incontournable pour qui veut aborder les problématiques de développement durable, mais aussi de diminution des gaz à effet de serre. Mais de là à en faire étendard pour une ville… Et pourtant, Autun est désormais la ville de Bourgogne – et parmi les seules villes de France – où les projets de développement liés au bois poussent comme des champignons. Il s’agit en l’occurrence d’un juste retour des choses. Pendant longtemps, la cité éduenne a été une place forte du meuble, avant de voir cette activité décliner sous le coup des importations et de l’avènement du bois dans la grande distribution spécialisée. Et si des entreprises artisanales comme les meubles Lecchi, à Étang-sur-Arroux, perpétuent une tradition de fabrication de vrais meubles en bois, avec des tables de ferme que l’on vient chercher depuis Paris, c’est bien le pôle d’excellence rurale qui, en quelques mois, a dopé toutes les activités liées au bois et à ses débouchés. La gare bois d’Autun a ainsi détrôné celle de Chatillon-sur-Seine, pour le titre de première gare bois de Bourgogne. Les expéditions, notamment en direction du Sud de la France, y sont quotidiennes, et VFLI fait la preuve qu’il y a un avenir pour le fret ferré, pour peu qu’il soit bien organisé 


AUTUN PREND DU GALLON 

Mais ces expéditions, qui sont la traduction de l’augmentation de la ressource douglas du Morvan (premier gisement européen pour les 20 ans à venir) ne sont finalement rien à côté des effets directs du pôle d’excellence rurale. Le site de l’ancienne fonderie est ainsi en train de voir naître une scierie de douglas, à laquelle sera accolée une unité de production de granulés bois. Mais aussi, même si le projet n’est encore pas officiellement validé, une centrale biomasse qui utilisera, notamment, les déchets de la scierie. Les plaquettes forestières découlant de l’exploitation forestière morvandelle seront elles aussi utilisées pour alimenter la centrale biomasse qui, outre la production d’électricité, devrait aussi permettre d’assurer le chauffage de nombre de logements sociaux dans son proche environnement. 

Pour Autun, il s’agira de la deuxième étape en la matière, puisque la chaufferie bois située à Saint-Pantaléon joue quant à elle un rôle croissant. « Outre les logements, elle assure en effet le chauffage du centre nautique et du nouveau parc des expositions. Elle chauffera aussi le futur centre de secours », souligne Rémy Rebeyrotte, le maire d’Autun, qui a porté le projet. En parallèle, le pôle d’excellence rurale vient de voir émerger « Maison Bois Bourgogne Morvan », une entreprise qui s’est installée sur le site de Bellevue, sur la route de Château-Chinon. Une première maison bois de 46 mètres carrés a été montée. Une autre, de 100 mètres carrés, le sera prochainement – il s’agira d’une vraie création, avec une utilisation maximale de la ressource morvandelle. L’idée étant de proposer des maisons bois répondant à une demande émergente. Avec une prochaine concrétisation très symbolique : un parc résidentiel, entièrement composé de maisons bois, va voir le jour sur la base de loisirs du lac du Vallon, à l’horizon 2010. Les autorisations ont été délivrées.

Autre entreprise à faire le choix d’un développement à Autun : la SA Marche, qui va fabriquer des escaliers. « Soit en bois exotique, soit à partir de bois issus du Morvan », annonce René Pech, le gérant de l’entreprise. « Nous envisageons de créer 40 emplois en deux ans.Nos escaliers, assez révolutionnaires dans leur conception, puisque nous allons industrialiser leur fabrication,seront commercialisés sous deux formes : soit directement auprès des professionnels du bâtiment et de la construction. Soit à des grandes enseignes, comme par exemple Point P. » René Pech attend énormément de ces escaliers qui offriront une rampe d’un seul tenant, gage de sécurité. « Quand on sait que 9 % des accidents domestiques concernent des chutes dans les escaliers, notamment à cause des ruptures de rampes,on peut être assez optimiste ». Enfin, l’entreprise Topos, spécialisée dans la fabrication de mobiliers en bois pour l’extérieur, est aussi au rang des sociétés qui ont opté pour le pôle d’excellence rurale.

Autant d’initiatives privées qui sont de nature à conforter les activités du lycée d’Autun, notamment de son BTS « système construction bois habitat ». Au-delà de ces premières concrétisations, Autun est toujours en lice pour voir émerger un pôle de compétitivité bois. Il pourrait s’appuyer sur l’Ensam de Cluny, mais aussi sur le lycée forestier du Velet à Étang-sur-Arroux.

Alain Bollery

Partager cet article

Repost 0
Published by REBEYROTTE - dans économie
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens