Présentation

Recherche

24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 09:05

Comme tous les Français, je souhaite de nouveau m’incliner devant les victimes des attentats barbares qui ont été proférés à Paris le 13 novembre dernier.

Nous tous été profondément bouleversés par des actes aussi inqualifiables. Nous sommes aussi plus que jamais solidaires et debout pour condamner et mettre tous les moyens en œuvre pour que de tels actes ne se reproduisent pas. Aussi, nous déclinons sur Autun les mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence, comme le Préfet nous l’a demandé vendredi dernier, et en particulier, nous renforçons la sécurité dans de nombreux lieux publics. Je veux ici saluer l’action remarquable sur notre territoire des forces de l’ordre et de sécurité qui ne comptent ni leur temps ni leur engagement.

J’ai été très fier de voir autant d’Autunois et de Morvandiaux rassemblés devant l’Hôtel de Ville le dimanche 15 novembre. Et je suis très agréablement surpris par la manière dont l’écrasante majorité de Français réagit à ces événements : ceux qui ont tenté de casser l’unité nationale, soit au plan politique, soit en stigmatisant telle ou telle communauté, ou telle ou telle confession, en sont aujourd’hui pour leurs frais. Dans leur écrasante majorité, les Français ont compris que c’est toute notre communauté qui est attaquée, nos modes de vie, notre manière de vivre en société, notre manière de vivre la fraternité, quelles que soient nos origines et nos confessions. Cette unité nationale, nous devons la soutenir et nous devons la prolonger. Elle n’empêche pas le débat mais elle doit en éviter les excès, les caricatures, ceux qui répondraient à ce nouveau fascisme porté par Daesh, par un autre fascisme porté par l’extrême-droite. Ce serait une erreur majeure, l’un comme l’autre d’ailleurs portant des valeurs de repli, de haine, de rejet de la Culture ou du vivre-ensemble. De tout cela, je peux en témoigner.

A tout cela, nous devons réfléchir au moment où nous allons devoir exprimer un choix à l’occasion des élections régionales. C’est le calendrier qui le veut et en même temps, il est indispensable que nous continuions à vivre et à agir sans plier devant la menace. Nous organiserons ces élections, comme nous ne remettrons pas en cause l’ensemble des manifestations qui doivent se dérouler sur Autun, même si nous prendrons des précautions renforcées en terme de sécurité.

Dans le cadre de ces élections, d’abord plus que jamais, chacun doit comprendre que défendre la République, c’est faire son devoir de citoyen et donc aller voter. Cela me semble être quelque chose de majeur au moment où des forces travaillent contre notre République, ses valeurs et les valeurs de notre société. C’est une réponse forte contre le terrorisme.

Pour ma part, puisqu’on m’a déjà interrogé sur cette question, je soutiendrai Marie-Guite Dufay, et elle sera d’ailleurs à Autun vendredi prochain. Pour plusieurs raisons : par conviction bien sûr, par fidélité à mes idées, mais aussi parce que « on ne change pas une équipe qui gagne », parce qu’elle souhaite continuer ce qu’a entrepris en Bourgogne François Patriat, auquel il faut rendre un hommage appuyé pour tout le travail accompli et tout le soutien dont il a fait preuve pour l’Autunois Morvan. Sur chacun des dossiers majeurs où l’aide de la Région était indispensable, il a été présent : sur le Programme de Renouvellement Urbain à Saint-Pantaléon, directement ou à travers le Fonds d’Intervention de Proximité, sur la réhabilitation de l’ancienne fonderie et la création du Parc d’Activités Saint-Andoche, sur la nouvelle Maison de la Petite Enfance, sur le centre social Simone Veil à Saint-Andoche, pour ne citer que quelques dossiers parmi d’autres, en n’oubliant pas le Contrat Urbain de Développement Territorial auquel il a « raccroché Autun » et qui sera signé le 30 novembre prochain.

En fait, le choix des 6 et 13 décembre prochains sera clair :

- soit une Région comme nous l’avons connue avant 2004, gérée depuis Dijon, depuis la Côte d’Or, loin du terrain, restant dans les concepts généraux et les politiques qu’elle jugeait bon d’appliquer sur les territoires ;

- soit une Région alliant stratégie et soutien aux projets des territoires, marquée fortement par la proximité, notamment du Président, avec l’ensemble des territoires de la Région, mettant la logique partisane entre parenthèses au profit de la logique des projets et de l’activité, en dialogue constant avec les acteurs du territoire et les grandes collectivités.

Si on préfère cette Région-là - et c’est mon cas -, alors il faut voter Marie-Guite Dufay et ses équipes. Elle a fait un travail remarquable en Franche-Comté et je sais qu’elle le décuplera à la dimension de la Bourgogne Franche-Comté.

Cette élection est un enjeu d’autant plus majeur que la Région aura une responsabilité particulièrement lourde dans la déclinaison et la gestion des Fonds Européens. Si nous passons à côté de cette logique de proximité, nous risquons un fort déséquilibre au profit de quelques territoires et au détriment de tous les autres. L’enjeu est donc de taille.

AUTUN, le 23 novembre 2015

Rémy REBEYROTTE

Partager cet article

Repost 0
Published by Rémy REBEYROTTE
commenter cet article

commentaires

Dossiers

Liens